Presse

Logo cpcp

Cpcp

Interview-interra

"La plus-value du projet, c’est clairement de permettre aux personnes primo-arrivantes d’être actrices du projet"

Logo DH les sports+

DH Les Sports+ (dhnet.be)

Naissance du premier incubateur à entrepreneuriat pour les primo-arrivants à Liège

"L'Inter-lab veut ainsi rendre accessible l'entrepreneuriat comme outil d'inclusion dans un processus win-win, "où locaux et personnes primo-arrivantes trouvent un enrichissement personnel et collectif". "Il incarne un vecteur fort pour changer de regard sur les migrations"

Logo Boulette magazine

Boulettes Magazine]

Profitez du confinement pour donner des cours de langue aux réfugiés

"Les fondatrices de l’association sont à la recherche de volontaires pour ce projet « plein de sens et très flexible » " 

Logo Vivre Ensemble

Vivre-ensemble

Interra - Action Vivre Ensemble

"Chaque activité m’a mis en contact avec des personnes étonnantes que je n’aurais vraisemblablement pas rencontrées sans Interra. Dans le monde actuel, les liens sociaux manquent terriblement. Or ils nous apprennent à nous construire et à déconstruire les peurs et les appréhensions que la société nous pousse à entretenir." 

Logo Rtl Info

Rtl Info

[Cette association liégeoise de rencontre entre Belges et primo-arrivants rebondit sur le confinement avec succès: "On manque même de bénévoles

"Ils en retirent un sentiment de confiance en eux, une forme de valorisation. Ils se sentent utiles et ça fait naître en eux des projets"  

Logo Rtbf

Rtbf

Liège : naissance du premier incubateur d’entreprises destiné aux primo-arrivants

"Avant de les percevoir comme des migrants, nous voulons les voir comme des talents. Nous partons du principe que les personnes nouvellement arrivées en Belgique ont énormément de choses à apporter et qu’il est fondamental de créer des espaces favorables au développement de leurs projets"  

Logo Flair

Flair.be

Interra, l'asbl qui crée du lien entre migrants et Liégeois

« L’autre jour, Mohamed m’a raconté à quel point courir avec le groupe de Youssouf lui faisait du bien, lui permettait d’oublier ses problèmes et le manque de ses proches, restés en Irak. Il discute avec les personnes locales aussi, ils se racontent leur journée… Son français s’améliore rapidement.»